Economía.-Galán participe au sommet ERT avec Macron, Merkel et Von der Leyen aux portes d'une solution au Brexit

Iberdrola, partisan d'un accord sur le Brexit "au plus vite"

   MADRID, 17 (EUROPE PRESS)

   Le président d'Iberdrola, Ignacio Sánchez Galán, a participé à une réunion qui s'est tenue mercredi à Toulouse (France) entre des membres de la Table ronde européenne (ERT) avec le président français, Emmanuel Macron; La chancelière allemande Angela Merkel et la présidente élue de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, dans le but de rechercher une stratégie industrielle à long terme renouvelée pour l'Europe, quelques jours après la décision finale concernant le «Brexit», visant à: une sortie "ordonnée" du Royaume-Uni de l'Union européenne, qui doit être approuvée par les parlements britannique et européen.

   L'ERT est un forum réunissant 55 directeurs exécutifs et présidents de grandes entreprises multinationales d'origine européenne, parmi lesquels, outre Galán, les présidents de Telefónica, José María Álvarez-Pallete, sont également des représentants espagnols; Inditex, Pablo Isla; et Ferrovial, Rafael del Pino.

   Lors de la réunion entre l'ERT et les dirigeants politiques, la recherche de nouvelles formules permettant de renouveler la stratégie industrielle à long terme était possible, de même que l'Europe doit être à la pointe du monde dans le secteur industriel.

   Ils ont également compris que l'intégration européenne avait apporté paix et prospérité au cours des sept dernières décennies, mais ont exhorté l'Europe à agir pour résoudre les problèmes les plus pressants pour les générations à venir.

   À cet égard, le forum insiste pour qu’il y ait un plus grand effet de tracteur, non pas des entreprises, mais aussi de la CE et des États membres, de sorte que l’UE soit à la tête de l’industrie mondiale. En outre, ils demandent plus d'aide des régions les plus défavorisées.

   Cette réunion a lieu aux portes d'une solution au 'Brexit', après que Bruxelles et Londres se sont mis d'accord jeudi sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union qui, sans ratification parlementaire, permettrait son achèvement. à minuit du 31 octobre au 1er novembre.

ACCORD SUR LE 'BREXIT'.

   Iberdrola, présent sur le marché britannique par le biais de Scottish Power, défend, à l'instar d'autres sociétés opérant en Europe, "qu'un accord soit conclu dans les meilleurs délais", car il considère que l'activité économique "requiert de la clarté développer des projets à long terme ", ont-ils confié à Europa Press, au sein de l'entreprise.

   Ils ont toutefois rappelé que le groupe maintenait "son engagement ferme envers le Royaume-Uni par le biais de sa filiale ScottishPower" et qu'il était confiant que le pays continuerait à "miser sur un modèle énergétique durable, compétitif et sûr, doté de réglementations prévisibles et stable. "

   En outre, la compagnie d’énergie souligne qu’elle a étudié "tous les scénarios possibles" pour continuer à fournir son service dans des "conditions optimales".

   À cet égard, Iberdrola avait déjà adopté un plan de mesures visant à atténuer tout impact négatif susceptible de se produire même dans le cas d'un scénario difficile appelé «Brexit».

   Comme indiqué dans le rapport annuel 2018 de la société, les secteurs d'activité du groupe de l'énergie ont travaillé à la préparation d'une carte de risque «Brexit» sans accord, ainsi qu'à la mise en œuvre de mesures pour les atténuer et leur surveillance. .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *