Le boom organique est consolidé à El Bolsón

Légumes biologiques, gâteaux faits maison, vinaigres, fromages, œufs, produits cosmétiques naturels, mauvaises herbes, plantes, graines, pain, miel. Et la liste continue.

Avec seulement 7 ans d'existence, la Foire Naturelle de la Région est déjà une promenade régulière non seulement pour les touristes de la région mais aussi pour les résidents d'El Bolsón qui recherchent des produits naturels et des prix abordables.

"Nous sommes tous des petits producteurs de la région et nous offrons le surplus de produits pour notre consommation personnelle", a résumé Marina Rival, l'un des membres de la foire qui opère dans une propriété fiscale cédée par la municipalité, à seulement un pâté de maisons de la foire traditionnelle. de l'artisanat.

Tous les mardis, jeudis et samedis après 10 heures, les producteurs commencent à remplir chacun des étals (bien qu'en saison, le début est un peu plus tôt pour les fruits frais).

Les mauvaises herbes et les champignons offerts dans des sacs en papier en bois. Photo: Alfredo Leiva

Économie familiale

Tout a commencé en tant que groupe d'économie familiale, mais petit à petit, il s'est développé.

«Chaque fois que nous sommes plus, sûrement à cause de la situation économique. À l'heure actuelle, nous sommes 20 familles de producteurs », ont-ils déclaré en construisant une demi-ombre pour pourvoir les postes.

La revente ne rentre pas dans les paramètres de la foire naturelle. La devise est que “tout ce qui est vendu quitte l'endroit où nous vivons"

Sebastián Weber a rejoint la foire il y a 3 ans avec des légumes à feuilles, tels que les épinards, les blettes, la roquette, la radicheta, le poireau et certains bulbes. «Nous avons déjà atteint une bonne clientèle. Autant qu'ils vont au supermarché, les gens viennent chercher des produits sains. Une tendance a été faite et pas seulement la consommation de légumes”, A souligné ce producteur qui, en plus de la foire, prépare les sacs avec les produits et les livre à domicile.

Les semis afin que tous ceux qui veulent commencer dans la production naturelle. Photo: Alfredo Leiva

Cecilia Neponastchi, une autre productrice, propose des produits cosmétiques naturels. «Mon point fort est les savons purs très trempés. Je fais les plantes macérées avec de l'huile et tout le processus de saponification à partir de la base. Je les range et fabrique différentes variétés de savons de la meilleure qualité possible », a déclaré la femme.

Il a précisé que le public venait principalement d'El Bolsón. "Ils recherchent des produits biologiques, mais l’accord direct entre le producteur et le consommateur est beau. Bien que ce soit un espace de vente, cela n'a rien à voir avec la crise mais avec un lieu de rencontre », a-t-il déclaré.

20 familles
ils intègrent le collectif qui, dès le matin, les mardis, jeudis et samedis, offrent leur production au salon.

Originaire de Bariloche, Rolando Buldain s'est établi à El Bolsón, où il vend maintenant des framboises, des noix et des champignons. «L'idée est de consommer quelque chose de frais, de la région et à meilleur prix. Dans mon cas, je propose des noix à 400 pesos le kilo, mais dans n'importe quelle entreprise, vous ne les obtenez pas à moins de 600 ou 700 pesos. Framboises, à 200 pesos », a déclaré l'homme.

Dans un autre courrier, des petits paquets de papier en bois ressortent à 40 pesos. Chacune a un petit signe avec le nom du joug et quelques indications: diurétique, digestif, calme l'anxiété et la dépression, aide à l'insomnie.

Il y a plus de conscience du naturel, du sain, et c'est aussi plus économique. De plus en plus de gens s'approchent. Nous avons des clients réguliers

Marina Rival, l'un des membres de la foire El Bolsón.

Marion Cheney, avec une prononciation assez claire en espagnol et une prononciation quelque peu frappante, détaille les mauvaises herbes, les graines, le cyprès et les champignons du pin offerts dans son poste. Il est arrivé il y a des années en provenance de France et aujourd'hui, en plus d'assister à un poste à Cuesta del Ternero, il participe à la foire.

«Nous avons entre autres plantain, paico, absinthe, paramela, églantine. Nous avons commencé avec trois amis pour un excès de notre propre production. Nous avons partagé les uns avec les autres jusqu'à ce que nous constations qu'il y avait suffisamment de personnes », a-t-il déclaré.

La Française a ajouté: «Les gens recherchent tout. Je dois reconstituer tout le temps. Je pense que c'est quelque chose du moment et que beaucoup d'informations circulent, les gens veulent prendre soin de eux plus"


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *