Le Costa Rica et le Panama parmi les destinations touristiques les plus compétitives d'Amérique latine

Par BBC

Le rapport "Travel and Tourism Competitiveness", publié tous les deux ans par le Forum économique mondial (FEM), indique que l'Espagne et le Mexique sont établis comme les destinations touristiques les plus compétitives au monde et en Amérique latine, respectivement.

La France et l'Allemagne occupent respectivement les deuxième et troisième places du classement mondial.

La liste, composée de 140 pays analysés, prend en compte des facteurs tels que son tourisme et son infrastructure de transport, la sécurité, l'ouverture internationale, la compétitivité des prix, les capacités technologiques, la durabilité environnementale et les ressources naturelles et culturelles, entre autres.

En ce qui concerne les facteurs qui font de l’Espagne un pays leader du tourisme, le rapport mentionne des "infrastructures exceptionnelles" telles que son offre hôtelière, la qualité du transport ferroviaire, des routes et des ports, qualifiées de "très importantes" pour le succès de L'industrie de la croisière.

En 19e position sur la liste mondiale (trois places de plus qu'en 2017), le Mexique est le pays d'Amérique latine le mieux apprécié pour "ses attraits naturels, sa grande faune et sa faune et ses nombreux sites protégés", souligne le rapport.

Il souligne également que le Mexique, comme le Brésil et l'Inde, sont des pays dotés "d'économies dotées de ressources naturelles et culturelles exceptionnelles, qui associent efficacement" prix et compétitivité.

Au Brésil, deuxième mieux classé dans la région, le FEM met en avant ses nombreux stades sportifs, son divertissement culturel numérique ou sa capacité à accueillir des réunions d'organisations internationales, entre autres facteurs.

Le Costa Rica se distingue par l'amélioration de ses infrastructures terrestres et portuaires, tandis que le Panama subit l'une des plus fortes baisses par rapport au dernier classement après une chute de 35 à 47.

Le Pérou, en revanche, fait partie des 20 pays ayant le plus grand nombre de ressources naturelles et culturelles, avec l'Argentine et la Colombie, entre autres.

Au bas du classement des pays d'Amérique latine figurent le Nicaragua (position 91 sur 140), le Honduras (94), le Guatemala (99) et El Salvador (108)., Paraguay (109), Venezuela (117) et Haïti (133).

La région Amériques (qui comprend tous les pays du continent) se classe au troisième rang des régions les mieux évaluées au monde, selon le rapport, derrière l'Europe et la région Asie-Pacifique.

Le rapport souligne que l'Amérique du Sud est la sous-région ayant enregistré la plus forte croissance depuis le dernier classement publié en 2017.

Les États-Unis sont en tête de ce classement régional. La Bolivie se distingue également comme pays ayant le plus grand nombre de positions dans le tableau (de 99 à 90) par rapport au rapport d'il y a deux ans.

La FEM veille à ce que "les pays des Amériques dépendent souvent de leurs ressources naturelles pour générer du tourisme, mais sont confrontés à des difficultés pour ce qui est de créer des environnements appropriés" pour le tourisme.

Plus précisément, le rapport souligne la persistance de la région parmi les derniers rangs en termes d’infrastructure aérienne et terrestre et de durabilité de l’environnement.

Dans toute la région, des améliorations ont été apportées dans ce dernier domaine grâce à la ratification des traités sur l’environnement. "Cependant, la destruction de l'habitat, mise en évidence par la déforestation croissante et le nombre d'espèces menacées, continue de mettre en danger les ressources naturelles" de ces pays, souligne le rapport.

Toutefois, le principal obstacle à la compétitivité de la région réside, selon le FEM, dans la faiblesse de ses qualifications en matière d'environnement adéquat, en particulier pour son environnement commercial et sa sécurité.

La fiscalité élevée, les procédures bureaucratiques et les systèmes juridiques inefficaces ont continué à s'aggraver dans de nombreux pays, ce qui pourrait entraver les investissements dans les voyages et le tourisme, a déclaré le FEM.

S'agissant de la sécurité dans la région, bien que le rapport conclue à une amélioration générale, il indique que "des taux d'homicides exceptionnellement élevés et des services de police peu fiables sont maintenus, ce qui dissuade de nombreux touristes potentiels".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *