Le G-7 accepte d'avancer dans un changement fiscal mettant en avant les activités numériques sérieuses | Économie

Les ministres des Finances du G7 ont conclu un accord visant à promouvoir des réformes fiscales sur la scène internationale garantissant une imposition équitable des grandes entreprises technologiques. le pacte n'a pu être conclu le premier jour de ces ministres à Chantilly, en France. "Il est urgent de relever les défis fiscaux liés à la numérisation de l'économie et aux faiblesses du système actuel de prix de transfert", affirme un résumé de la réunion préparé par les organisateurs français.

L'accord a été possible après des heures de négociations de nuit, comme en témoignent les propos tenus hier par la présidence française: "Nos équipes travailleront toute la nuit pour tenter de parvenir à un accord". L’un des principaux écueils se situe entre les États-Unis et la France. Le pays européen est en train de développer des chiffres fiscaux permettant de facturer les grands géants de la technologie (Facebook, Google, Amazon …), ce qui a fait craindre aux États-Unis de prendre des mesures de représailles commerciales.

Les nouvelles règles seront élaborées dans le cadre de l’OCDE et mettront un accent particulier sur les entreprises "qui créent de la valeur sans présence physique, en particulier dans les modèles commerciaux hautement numérisés" ", indique le communiqué, compilé par le Financial Times.

"C'est une avancée pour une fiscalité plus équitable au XXIe siècle", a déclaré Bruno Le Maire, ministre français des Finances, à l'issue de la réunion. En outre, il a été convenu de créer un taux minimum global qui empêche le détournement des bénéfices et des revenus dans des paradis fiscaux ou des pays à faible imposition.

Pour la France, il était important de parvenir à un point commun lors de la réunion. "Si nous ne trouvons pas un accord dans le domaine du G7 sur les principes fondamentaux de la fiscalité numérique aujourd'hui ou demain, il sera franchement difficile d'en trouver un parmi les 129 pays de l'OCDE", avait prévenu Le Maire les jours précédents.

Le responsable français des finances a également profité de cette réunion pour rencontrer le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, afin de régler le différend entre les deux pays au sujet de la taxe française sur les géants du numérique. L'interview a été qualifiée de "constructive" par les Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *