le grand pacte 5G que l'industrie attend et sur lequel la CNMC se méfie

Le secteur des télécommunications a un problème en Espagne. Un problème qui découle des investissements importants qui doivent être faits dans le déploiement de ses futurs réseaux 5g, chiffrés par le secteur en 4,5 milliards d'euros, auxquels il faut ajouter au moins 1 000 ou 1 500 millions d’euros supplémentaires pour couvrir les coûts des enchères du spectre 700 MHz qui ouvrira le premier trimestre de l’année prochaine.

Nous parlons d’au moins 5 500 millions d’euros à payer Telefonica, Orange, Vodafone pour aborder l'arrivée de la nouvelle technologie. Un montant qui est à la portée de peu et qui devrait commencer à être dépensé avec le secteur qui peine à maintenir son revenu, de plus en plus avec des dépenses plus importantes et sans possibilité de consolidation importante.

En ce sens, les opérateurs commencent déjà à se déplacer pour réduire les coûts. En avril dernier, Orange et Vodafone a annoncé l'expansion de leur accords de déploiement et de partage de réseau mobile et fixé en Espagne. Cet accord permet de partager les réseaux 4G et les futurs réseaux 5G dans des emplacements comptant jusqu'à 175 000 habitants et 14 800 emplacements.

Partage de réseau

Un accord que Telefónica regarde de côté. L’opérateur a déclaré publiquement il ya un an que le partage de réseaux n’était pas sa priorité en raison des mauvaises expériences du passé. Cependant, dans les bureaux de District T L’intérêt de rejoindre ce pacte 5G de ses deux principaux concurrents se renforce.

Un excellent pacte à trois qui, selon des sources du secteur, garantirait un déploiement rapide et moins coûteux de la technologie 5G. Ces mêmes sources calculent que chacune des grandes entreprises doit dépenser environ 75 000 euross dans chacune des 20 000 tours devant s’adapter à la 5G, ce qui représente environ 1,5 milliard de coûts en Espagne pour des opérateurs tels que Téléphone, orange et Vodafone

Toutefois, "s’ils partagent les mêmes déploiements", une seule tour pourrait être utilisée pour plusieurs entreprises en réduisant la facture finale au moment du lancement des synergies. Une facture qui serait encore plus réduite si les trois grands pas sur l'accélérateur dans la location de réseaux, l’autre grande entreprise que l’industrie attend d’être lancée pour assurer la 5G.

En octobre PlusMobile Il a annoncé le renouvellement de son accord avec Orange pour utiliser votre réseau 5G à 4500 emplacements qui couvriront 35% de la population, y compris les 40 plus grandes villes en Espagne comme Madrid, Barcelone, Valence, Séville, Saragosse, Malaga et Bilbao entre autres, et où une consommation plus pertinente de ces services est attendue.

Alliances possibles

Dans le cas de Euskaltel, Son objectif est de faire le saut national et, dans ce contexte, il a été spéculé sur la possibilité de vendre une partie de son réseau pour financer cette expansion. De même, ce déploiement national doit être effectué par la main de votre partenaire préféré: Orange, même si cela prend forme vous devriez renégocier votre contrat de réseau, un nouveau pacte qui pourrait inclure une sorte d’accord pour la 5G.

Cela générerait deux écosystèmes de développement et de déploiement de réseau. D’un côté, un grand accord entre les trois grands -Téléphoniques, Vodafone et Orange- qui sont ceux qui ont le réseau dans la propriété, mais partagent les frais et les coûts d’implantation et qui à leur tour loueraient son réseau au reste des fournisseurs, parmi lesquels: PlusMobile, Euskaltel ou des opérateurs virtuels comme Digi.

En fait, le secteur de la location de réseau (de gros) a déjà signalé avoir Orange 600 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de l'année, une croissance de 14,4% dans un contexte de baisse du chiffre d’affaires total de 1,2%. Au cours du dernier trimestre, il s’agissait de la seule activité en croissance de la filiale espagnole de l’opérateur français et n’est désormais plus derrière que le chiffre d’affaires convergent et réservé au mobile. Dans le cas de Telefónica, cela représentait 1 648 millions d’euros au cours des trois premiers mois de l’année.

Une nouvelle configuration de marché qui conduirait à Telefónica, Vodafone et Orange être le plus actif lors de la prochaine vente aux enchères 5G que le gouvernement prépare pour le premier trimestre de l'année prochaine. Lors de la vente aux enchères il ya deux étés, près de 500 millions d’euros ont été collectés pour la bande de 3,5 Ghz et la bande de 700 Mhz devrait fermer entre 1 000 et 1 500 millions d’euros.

Nous parlons d'un système d'appel d'offres dans lequel, s'il y a moins d'intérêt, le prix ne monte pas de manière excessive. Demandé il y a quelques semaines à propos de cette vente aux enchères à PlusMobile Ils ont indiqué qu'ils ne s'en débarrassaient pas, mais que cela dépendrait beaucoup des conditions. La vérité est que, dans son modèle de location et dans les synergies de réseaux, il n’a pas de sens de dépenser de grandes ressources dans une vente aux enchères et surtout si tout le spectre obtenu par les trois grands peut être mis au service des futures locations.

De cette façon, la vente aux enchères 5G de l’année prochaine peut être un tournant dans cette grande modèle de partage de réseau. Le seul mais c'est que – outre l'accord des entreprises – la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) a mis en avant ce modèle.

Le régulateur est extrêmement rigoureux avec sa supervision des télécos. Il l'a déjà démontré en établissant des limitations importantes aux prix de gros de Telefónica ou aux conditions d'approbation de l'achat de Numérique + De plus, il est totalement contraire aux intégrations et reconnaît publiquement qu’il voit de bons yeux qu’il ya autant d’acteurs que possible sur le marché.

Partage de réseaux

La CNMC est considérée comme un puissant défenseur de PlusMobile comme un dynamisation des prix et réduction des coûts pour les utilisateurs, bien que dans le secteur, on répète que dans le cas d’un grand accord de réseau, on choisit des accords industriels qui favoriseraient le consommateur avec des déploiements plus rapides et moins coûteux pour les opérateurs, ce qui, en définitive, n’affectera pas les prix à leur prix. les clients

À ce stade, l’accord signé par Orange et Vodafone Vous pouvez être un pionnier et marquer la voie à suivre. Cet accord permettra aux deux entreprises de maintenir leurs propres stratégies de réseau dans les grandes villes, où le partage des gains d’efficacité est limité, bien que les sources consultées n’excluent pas que ce pacte ira plus loin et puisse générer encore plus de synergies.

La clé est que Téléphone, Vodafone, Orange maintenir les développements et les autonomies dans certains domaines clés où une concurrence effective est développée et des déploiements sont partagés avec ce grand accord dans des domaines où il est plus difficile à atteindre et où les investissements dans l'adaptation de tours sont beaucoup plus importants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *